Envie de rester au courant des alertes sur le territoire ?
{emailcloak=off}
Accueil > Infos pratiques > Actualités > La seconde jeunesse du Pont Y

La seconde jeunesse du Pont Y

publié le 20/10/2017
ponty

Il est flambant neuf, fonctionnel, mieux éclairé, mais surtout rouvert à la circulation : après quatre mois de travaux, le Pont Y de Creil a été rendu aux automobilistes, et aussi aux piétons et aux cyclistes

La reprise de cet ouvrage d’art situé au sud-ouest de la commune de Creil était devenue une nécessité impérieuse. Placé à la conjonction entre la rue Jean-Jaurès et la rue des Usines au-dessus des voies ferrées, il supporte depuis des années un trafic journalier de 10 000 véhicules dont 400 camions !

Stratégiquement positionné au centre du projet Gare Cœur d’Agglo, il était voué à traduire l’impulsion donnée par les élus de l’ACSO en faveur des circulations douces sur le territoire.

Et de fait, sa refonte s’accorde avec la voie nouvelle Irène et Frédéric Joliot-Curie.

Le chantier s’est mis en place dès avril dernier. Le cahier des charges prévoyait peinture, étanchéité, remise en état des rampes d’accès, réfection des réseaux et des trottoirs, pose de bordures, remplacement de la signalétique et des garde-corps, réalisation d’un enrobé et installation de 32 lampadaires à LED moins énergivores.
Programmée juste avant l’ouverture de la nouvelle école Danielle-Mitterrand, cette opération qui offre un franchissement sécurisé du Pont Y contribue également au désenclavement du quartier de Gournay en l’ouvrant aux déplacements non-motorisés vers le centre-ville, mais aussi vers l’île Saint-Maurice et le quartier Rive Gauche grâce à la passerelle Nelson-Mandela. D’un montant de 2 570 000 €, cette seconde jeunesse procurée au Pont Y a bénéficié de diverses subventions.

Son financement se décline ainsi : Agglomération Creil Sud Oise 32  %, SNCF 20 %, Union européenne par l’investissement territorial intégré 20 %, conseil départemental 19 %, transports routiers 5 % et Agence nationale pour la rénovation urbaine (Etat) 4 %. Une subvention a également été demandée au Conseil régional.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !

FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedinPinterest
Inscription à la Newsletter
{emailcloak=off}