Prévention

Prévention de la Délinquance

La Stratégie signée en 2020 fait suite à une première Stratégie élaborée en 2010 sur le territoire des communes de Creil, Montataire, Nogent-sur-Oise et Villers-Saint-Paul. Elle s’appuie sur un Diagnostic Local de Sécurité réalisé en 2018 sur la totalité du territoire de l’ACSO.

Pourquoi une stratégie territoriale ?

L’objectif est de renforcer la prévention de la délinquance sur le territoire et d’accroître l’opérationnalité sur le terrain. Elle repose sur les constats des problématiques de terrain, partagés par les villes qui composent l’ACSO et par leurs partenaires institutionnels et sociaux.
Ils ont inspiré les principaux axes du programme qui ont ensuite été déclinés en plan d’actions

Son programme s’appuie sur une coproduction de la sécurité et une synergie entre les acteurs locaux et nationaux de la sécurité et de la tranquillité publique (L’Etat, l’ACSO, la Police, la Gendarmerie, la Justice, l’Education, les services prévention médiation, les transporteurs, les bailleurs, les associations…).

Le maître mot est d’agir le plus possible en amont, de prévenir avant de guérir par le biais d’actions très ciblées. Le CISPD veille tout particulièrement à la complémentarité des actions conduites dans le cadre de cette stratégie et de celles conduites dans le cadre du Contrat de Ville.


Quatre grands axes


La nouvelle Stratégie Territoriale de Sécurité et de Prévention de la Délinquance va permettre aux acteurs du
territoire de travailler sur ces problématiques en s’appuyant sur 4 axes opérationnels :

  • les jeunes exposés à la délinquance
  • la tranquillité publique
  • les violences intrafamiliales et celles faites aux femmes
  • la santé mentale et la conduite addictive


Dans un premier temps, des groupes de travail thématiques constitués de partenaires du territoire se réuniront.
Ces groupes auront pour mission d’élaborer des actions visant à prévenir la délinquance ainsi qu’à accompagner les victimes. Parmi ces actions figurent le travail sur la prévention des heurts entre jeunes, notamment à proximité des établissements scolaires, la lutte contre les dégradations et les dépôts sauvages, le travail dans une approche collaborative à l’assistance aux victimes de violences intrafamiliales ou encore la sensibilisation des jeunes sur l’usage des stupéfiants et les risques sur leur santé.